L’alliance Criteo/Smart Ad Server expliquée : interviews

septembre 10, 2015

Smart Ad Server_holistic_yield_platform

Criteo a annoncé cette semaine son alliance avec Smart Ad Server en vue de « développer son offre aux annonceurs ». L’ad server et plateforme de publicité programmatique pour les éditeurs Smart Ad Server est à l’origine d’une plateforme premium – Smart RTB+ –, qui intègre des deals ID et des enchères dites ouvertes dans 25 pays sur desktop et mobile. Grâce à cet accord, Criteo se connecte désormais à Smart RTB+, qui compte sur la présence d’éditeurs tels que AuFeminin.com, SFR, Mobvalue, Le Monde, Mobvious / HiMedia, Skyboard, rueducommerce, webedia, etc.

« L’offre de Criteo propose désormais plus d’impressions avec une addition de 25 milliards d’enchères et environ 350 millions de visiteurs uniques touchés chaque mois, le panel de Smart AdServer venant se rajouter aux éditeurs qu’adresse déjà Criteo », peut-on lire dans le communiqué diffusé cette semaine annonçant ce partenariat.

Mais que signifie pour un réseau d’éditeurs premium le fait de s’ouvrir à un retargeteur de la taille d’un Criteo notamment en ce qui touche à la maîtrise des campagnes, du message, de leur fréquence ? Et quelle est la valeur ajoutée pour Criteo d’une telle alliance ? Nous avons souhaité en savoir plus en interrogeant à la fois le président de Smart Ad Server, Cyrille Geffray, et la directrice générale adjointe en charge de la relation éditeurs France de Criteo, Nathalie Bellaiche Liscia.

Smart Ad Server_CYRILLE GEFFRAYLorsqu’un annonceur fait appel à Criteo il est dans une logique de performance, et notamment de retargeting. Dans le cadre de ce partenariat avec Criteo, comment est-ce que les éditeurs dits premium clients de Smart Ad Server feront pour bien maîtriser la fréquence et l’impact de ces campagnes à la performance au sein de leurs inventaires ?

Cyrille Geffray : Les publishers gardent un contrôle total sur leur inventaire et peuvent eux même définir les critères (volumes, fréquence/capping, prix plancher, black-list, etc) qui régissent l’allocation des impressions entre les canaux directs et programmatique. Et au sein de ce volet programmatique, ils peuvent là-aussi établir les règles de diffusion. Etant une plate-forme intégrée (direct et programmatique) nous disposons par ailleurs d’un algorithme qui permet une optimisation holistique des campagnes, qu’elles soient directes ou programmatiques, afin de maximiser les revenus des publishers.

Ce partenariat est en cours depuis quelques semaines (ou mois ?). Quels retours d’expérience pour vos éditeurs ? 

Cyrille Geffray : Le partenariat avec Criteo a été initié en fin de printemps. Il a indéniablement amélioré les indicateurs de remplissage (fill rate) et de CPM moyens de notre plateforme Smart RTB+, que ce soit en desktop ou en mobile. Techniquement, tout s’est fait de manière totalement transparente pour nos éditeurs et les équipes techniques de Criteo et Smart AdServer, tous deux ayant leurs équipes de développement en France, ont collaboré étroitement.

Juste avant cet accord avec Criteo, vous veniez de signer un partenariat international avec le trading desk Zebestof. Ces temps-ci vous multipliez donc les initiatives de diversification de vos sources d’acheteurs. Pouvez-vous nous dire ce qui vous motive ? En deux mots, il ne suffit pas d’être un ad exchange, il faut coudre des partenariats plus spécifiques avec les sources d’acheteurs ?

Cyrille Geffray : Tout à fait ! Un des enjeux majeurs des SSPs est le suivant : d’une part, fournir aux acheteurs une audience qualitative et quantitative correspondant aux objectifs du plan média, dans un contexte sécurisant pour la marque; d’autre part, apporter aux éditeurs une demande en adéquation avec leur positionnement : typologie d’annonceurs, formats innovants, volume d’achat.  Chez Smart, nous avons historiquement une relation privilégiée avec les éditeurs premium. Nous avons naturellement gardé ce positionnement différenciateur sur le programmatique.

Côté Demand, nous avons connecté la grande majorité des DSPs, plus d’une soixantaine, les grands généralistes ou les acteurs locaux ainsi que les spécialistes du mobile, de la vidéo ou des formats Rich Media; ceux qui ne le sont pas encore le seront bientôt. En parallèle, nous nouons des liens étroits avec les trading desks, afin de les sensibiliser à l’inventaire de nos éditeurs. Cependant, nous sommes avant tout un partenaire technologique et non un acteur média en tant que tel. Et à ce titre, notre objectif est de donner le contrôle aux publishers, de leur fournir les outils pour piloter leur inventaire de manière optimale, quelque soit le canal de vente.

Côté Supply, nous sommes passés à la vitesse supérieure depuis le milieu d’année 2015 en matière de publicité programmatique, alors que notre solution intégrée Smart RTB+ fête ses 2 ans. Nous proposons désormais aux DSPs plus de 25 Milliards d’impressions tous les mois, en croissance rapide, dont un tiers en mobile (in app et web mobile). L’axe majeur de différenciation de Smart RTB+ est un inventaire provenant exclusivement issues d’éditeurs premium, pour la plupart également nos clients ad serving.

Criteo_Nathalie Bellaiche LisciaCe partenariat est effectif depuis quelques semaines (ou mois) et porterait sur l’ensemble d’inventaires fournis par Smart Ad Server en France et à l’international. Qu’est-ce que cette intégration  apporte aux annonceurs clients de Criteo ?

Nathalie Bellaiche : Le partenariat est effectif depuis plusieurs mois en France et se déploie progressivement à l’international, avec des résultats encourageants en Espagne notamment. Les annonceurs de Criteo bénéficient d’un inventaire de qualité sur des sites prémiums.

Qu’est-ce que Smart Ad Server offre aux clients de Criteo d’innovant d’après vous ?

Nathalie Bellaiche : Un acteur technologique français comme Smart Ad Server nous permet d’apporter aux clients de Criteo non seulement en France mais également à l’international une offre sur le web et sur mobile, sur un inventaire de qualité premium. Dans un contexte où les annonceurs mettent en place de plus en plus à des stratégies de campagnes online multi-plateformes et multi-écrans, c’est un atout indéniable.

Luciana Uchôa-Lefebvre

(Images: Smart Ad Server et Criteo.)