Le Data Performance Summit d’après A. Caplier, OmnicomMediaGroup (itw)

septembre 5, 2016

DataPerformanceSummit2016_open

Le Data Performance Summit (28/09, à Paris) propose cette année un état des lieux des différentes plateformes data au service du marketing à travers le fil conducteur « Enjeux marketing et évolution des plateformes ». Pour en savoir plus sur ce sujet et sur les principales tendances du marché du data marketing, nous interrogeons Arnaud Caplier, directeur général en charge du digital d’OmnicomMediaGroup et membre du comité consultatif de cet événement.

Pourquoi avoir choisi cette thématique ?

Arnaud_CaplierLes types de data (1st party, 2nd party, 3rd party, CRM, données mobile, etc.) et les solutions d’exploitation des données se sont multipliées : DMP, réconciliation cross-device, modèles d’attribution-contribution, ROPO, personnalisation, e-mail retargeting, etc. Nous souhaitons partager les retours d’expérience sur les performances respectives de ces différentes approches, et sur les bonnes pratiques, notamment en matière de segmentation et d’exploitation business de ces nouveaux types de données.

Les marketeurs français s’approprient-ils véritablement des ressources technologiques qui sont mises à leur disposition en matière de collecte et d’activation de données ? Y a-t-il des limites, des difficultés ?

Le marché français compte parmi les marchés plutôt matures en Europe. Mais nous constatons une dérive préoccupante sur les projets ces derniers mois : les projets sont trop souvent « drivés » par la technologie, et insuffisamment pilotés par les équipes en charge du business. Ce pilotage par la technique va conduire à de cruelles déconvenues. Il est impératif que la stratégie data et que les cas d’application business restent le principal moteur de ces projets. Nous souhaitons lors de cette 3e édition du Data Performance Summit alerter les acteurs et les annonceurs sur ce point.

Quels sont les sujets clés et les principales tendances du marché du data marketing d’après vous ?

J’en vois quatre significatives : l’émergence du mobile, le lien entre le online et le offline, la mise en place de nouvelles approches média utilisant la data, et le cloisonnement des grandes plateformes poussées par les GAFAs.