Le programmatique est devenu « mainstream »

août 2, 2016

IAB_062016_open

L’automatisation de la vente et de l’achat de médias a conduit à une réduction du gaspillage et permis une plus grande optimisation des coûts et des opérations, selon les conclusions d’une enquête que l’Interactive Advertising Bureau (IAB) Europe a récemment réalisée.IAB_062016_3

En ce début d’été, l’IAB a souhaité faire le point sur la manière dont éditeurs et annonceurs envisagent et pratiquent ces technologies. Le premier constat réalisé est qu’une majorité d’acteurs de l’industrie de la publicité déclare avoir adhéré aux méthodes programmatiques de vente et achat média. 900 acteurs parmi annonceurs, agences et éditeurs, situés dans 29 marchés différents ont été interrogés dans le cadre de cette étude : seuls 8% des éditeurs, 13% des annonceurs et 7% des agences interrogées ont déclaré ne pas avoir recours au programmatique.

IAB_062016_1Le rapport cherche aussi à promouvoir l’idée que cet environnement est en capacité de fournir des modèles de mesure de performance des campagnes beaucoup plus sophistiqués et de répondre à des objectifs clé comme le redimensionnement des campagnes sur mobile et une manière plus effective de toucher les consommateurs avec des messages de sensibilisation aux marques. Bref, les tabous du programmatique seraient tombés selon ce rapport, qui indique au passage que 90% des professionnels interrogés affirment vouloir augmenter les investissements dans ces méthodes dans les 12 mois prochains.

Le document entre ensuite dans les détails des stratégies en termes d’adoption de ces technologies en interne ou de recours à des prestataires extérieurs par chaque type d’acteur dans chaque type de marché (selon leur niveau de maturité vis-à-vis de ces techniques).

Plus de détails ici.

LUL