Le vrai problème de Facebook ce n’est pas l’excès de publicité mais la mauvaise qualité de ses annonceurs

juillet 15, 2013

2013-07-03_084058an_argument_for_caution_facebook_readies_mobile_adsS’il y a bien une chose qui nous agresse sur la toile, ce sont les mauvaises publicités en ligne. Une récente étude a d’ailleurs mis en exergue la rupture entre la publicité en ligne et les Français : 64% de la population trouve que la publicité en ligne est une mauvaise chose. Franchement, comment peut-on leur donner tort ? Qui n’a pas vu s’afficher des bannières faisant la promotion d’une potion miracle pour perdre du poids, du crédit à la consommation, des rencontres coquines ou bien des jeux concours illicites ?

2013-07-03_084608Jusqu’à il y a peu de temps Facebook a fait preuve de beaucoup plus de mansuétude que Google et Yahoo. Ce n’est plus le cas. Depuis le début du mois de juillet, Facebook souhaite prendre le problème à bras le corps. « A compter de lundi 1er juillet, nous allons mettre en place un nouveau processus d’examen pour déterminer quelles sont les pages et les groupes qui doivent afficher des publicités à côté de leur contenu. Ce processus permettra d’élargir la liste des pages qui doivent être restreintes en matière de publicité » souligne l’entreprise dans un communiqué. Cela ressemble surtout à une déclaration de bonnes intentions à destination des annonceurs tant la tache semble titanesque.

facebook_like_button 309 280Certains pensent que le plus gros problème de Facebook c’est l’abondance de publicités sur la colonne de droite et maintenant aussi dans le flux d’actualité. Ce n’est pas le vrai problème : Google affiche bien des annonces sponsorisées pour chaque requête effectuée sur son moteur de recherche. Les portails aussi multiplient les opérations spéciales afin de générer un maximum de revenus publicitaires.

2013-07-03_084553Le vrai problème de Facebook n’est donc pas d’afficher trop de publicités mais surtout trop peu de publicités pertinentes et surtout de nous inonder avec des bannières non ciblées. N’avez-vous pas l’impression que les annonces sur Facebook se sont détériorées depuis le début de l’année 2013 ? Pourtant lorsque Facebook diffuse des post sponsorisés sur le flux d’actualité, il s’agit surtout de messages venant de marques que vous ou un de vos amis avez likées. Très souvent les publicités ne sont pas du tout ciblées. Alors que l’on n’a de cesse de mettre en avant la finesse du ciblage offert par Facebook, on a l’impression que les annonceurs n’en ont rien à faire et bombardent à l’aveugle les internautes profitant d’un CPM et CPC bon marché. Et moi qui pensait que cibler des publicités sociales et natives constituait l’avenir de la publicité en ligne… Alors ne parlons même pas des messages tendancieux qui ne respectent pas les règles de Facebook mais qui tournent et retournent… On a l’impression que Facebook n’en fait pas assez pour lutter contre cette fraude qui pollue l’expérience des utilisateurs et aussi des autres annonceurs. Interrogé régulièrement sur ce sujet, Facebook répond toujours la même chose : un membre peut décider de marquer la publicité comme spam ou bien de cliquer sur l’option cacher. La pénalité est ensuite intégrée dans le système publicitaire de Facebook. Très souvent ces publicités n’émanent pas de la marque en propre mais d’affiliés peu scrupuleux utilisant les données des internautes via FBX. Parfois ce sont des « dark posts », issus de posts qui n’ont pas été publiés sur la page de la marque mais qui apparaissent sous forme de publicité.

Est-ce que Facebook est désespéré au point de mettre à mal les règles élémentaires de la publicité en ligne ? Une chose est sure, la coupe est pleine et il est temps que Facebook fasse vraiment le ménage.