Les fraudeurs mettent le paquet sur le secteur des biens de grande consommation et le mobile

décembre 3, 2014

SolveMediaAlors que le contexte est plutôt très favorable, avec une baisse du trafic suspect observée aussi bien dans le monde qu’aux Etats-Unis, l’action des robots s’est intensifiée auprès du secteur des biens de grande consommation (CPG), spécialement sur le mobile. Ce constat est fait par Solve Media dans son analyse de l’état du marché du trafic de robots pour le second trimestre de cette année.

Le trafic frauduleux pour ce secteur d’activité aurait ainsi grimpé de façon à se positionner 21% plus haut que les moyennes mondiales, et 40% plus que les chiffres moyens américains. Les résultats sont assez flagrants et prouvent bien ce qui est une évidence : les fraudeurs vont là où l’argent se trouve. Il n’est pas inutile de rappeler que 2014 a vu le boom de l’adhésion de l’industrie de biens de grande consommation au programmatique… et sur le mobile.

« Comme les dépenses publicitaires du secteur du CPG augmentent et que les menaces s’intensifient, cela a du sens que la fraude se développe de manière dramatique. Les fraudeurs sont en train de suivre l’argent dans la mesure où les annonceurs du CPG commencent à investir plus dans les canaux mobiles », a déclaré Justin Somaini, chief trust officer à Box (lire ici le billet de Solve Media).

Le pire serait en plus à venir, puisque le second trimestre est considéré comme étant de faible activité pour le secteur de la publicité. La prévision de Solve Media est logiquement d’une hausse de la fraude le second semestre.

 

LUL

Robot working in office