Les fusions-acquistion beaucoup plus dynamiques en 2014 dans l’ad tech

octobre 22, 2014

goldpotUn cabinet américain estime que les fusions et acquisitions observées cette année dans le secteur de l’ad tech partout dans le monde ont déjà dépassé en nombre les opérations réalisées en 2013. « Les acquisitions globales dans la technologie pour la publicité et le marketing doivent doubler en 2014, boostées par la vidéo, le mobile, les données et le social », affirme-t-on à Results International, cabinet auteur du rapport faisant le point sur les tendances des fusions et acquisitions et des levées de fonds dans le secteur de l’ad tech.

Au total, 2014 a vu se mettre en route 209 accords, soit quasiment la totalité observée en 2013 (223), dont 45 en Europe, avec en tête le secteur du mobile pour des activités de paiement, marketing programmatique et messagerie, suivi du secteur de la data et analyses, celui-ci tiré par l’intérêt grandissant des marques à mieux connaître la journée de chaque consommateur, suivi enfin de la vidéo publicitaire, « dans la mesure où les vidéos enregistrent des taux de clics et d’engagement plus élevés ».

MoneyEn volume, en revanche, le premier semestre 2014 est inférieur à la moitié des montants mobilisés en 2013, et la raison en est le fait que l’année dernière a vu d’importantes opérations, comme l’acquisition d’ExactTarget par Salesforce pour un montant de $ 2,6 milliards, ou celle de Responsys par Oracle, pour $1,5 milliards.

Côté levées de fonds, on a enregistré près de $3 milliards d’investissements dans le secteur le premier semestre de cette année. Et là ce sont les entreprises européennes qui ont eu tendance à lever plus, en moyenne, que les américaines, avec 40% de plus en moyenne par levée ($ 35 M au lieu de $25M).

Accords transatlantiques : une tendance qui sera renforcée

Le rapport montre aussi un intérêt accru des Américains pour les entreprises européennes, avec 17% des acquisitions réalisées en Europe. On cite comme exemples de ces protagonistes Google, en achetant le londonien Spider.io ou bien Twitter qui a acquis SecondSync, basé à Bristol. La tendance ne devrait que s’accentuer : l’année prochaine une vague encore plus importante d’acquisitions transatlantiques devrait avoir lieu, selon ce rapport, dans la mesure où de plus en plus de groupes américains cherchent à s’éteindre à l’étranger, et notamment en Europe.

« Beaucoup de fonds américains, particulièrement de la côte Est, continuent de regarder très activement vers le marché européen et vont probablement renforcer leur rythme d’investissements tout au long des prochains 18 mois », affirme Julie Langley, partenaire de Results International.

 

LUL