Pour ComScore, la fraude se concentre sur une minorité de campagnes et de sites

avril 15, 2015

comScore_coverUn livre blanc proposé par comScore vient nous livrer un certain nombre d’informations intéressantes sur la réalité de la fraude de fausses impressions. Un nombre petit de campagnes concentrerait une grande proportion de ces impressions. De même, un nombre très limité de sites réunirait les plus importants niveaux de trafic non-humain. Il suffirait donc de les identifier, pour combattre plus efficacement la fraude !

L’explication est présentée dans le livre blanc intitulé The value of a digital ad (La valeur d’une publicité digitale) qui cherche à montrer de quelle manière la mesure de la performance et de l’efficacité d’une campagne peut améliorer les résultats.

comScore affirme avoir analysé « des centaines » de campagnes publicitaires. Tandis qu’il est rare qu’une campagne soit totalement « propre », la bonne nouvelle, disent-ils, est que la majorité des campagnes présente des niveaux minimes de présence de trafic non-humain. Seulement 7% des campagnes auraient ainsi présenté des niveaux supérieurs à 20% de trafic non-humain comptant pour 30% du total des fausses impressions détectées par l’étude. Au total, 21% des campagnes analysées ont ainsi inclut des niveaux d’activité non-humaine représentant 75% de toutes les fausses impressions identifiées !

comScore_adfraud

L’étude va encore plus loin en confirmant bien que beaucoup d’éditeurs premium sont, au final, victimes d’une poignée de mauvais sites. « Il faut reconnaître qu’il existe de nombreux éditeurs de qualité très élevée qui fournissent un inventaire virtuellement exempt de trafic non-humain tandis qu’un très petit pourcentage d’éditeurs à la performance médiocre sont la cause de la mauvaise réputation prêtée à tout l’écosystème. »

comScore_adfraud_2

En effet, les chiffres montrent que la majorité des sites dits premium maîtrisent tout à fait le problème de la fraude : 50% des meilleures sites rangés parmi ceux ayant la plus faible incidence d’activité non-humaine présentent moins de 1% de ce type de trafic. Dans l’autre sens, des sites présentant par exemple entre 20% et 30% de trafic non-humain représentent 1,3% des éditeurs étudiés. Au sein des Top 100 analysés par comScore 91% présentent des niveaux de trafic non-humain inférieurs à 5%.

 

Cliquez ici pour accéder au livre blanc de comScore.

 

LUL