Pourquoi Facebook n’insiste plus trop sur les pubs pour le téléchargement d’applications ?

août 29, 2014

art-Facebook-generic45-620x349La question mérite en effet d’être soulevée. Pourquoi Facebook n’insiste plus trop sur les pubs pour le téléchargement d’applications ? Le journaliste Peter Kafka l’a fait dans son billet, car il a bien remarqué que la question n’est certainement pas mise en valeur par Facebook, quand il s’agit de présenter ses résultats financiers.

Lors de la conférence sur les résultats du réseau social le second trimestre, Sheryl Sandberg, COO, a été questionnée sur l’importance des revenus originaires des publicités pour le téléchargement d’applications pour Facebook. Ce à quoi elle a tout simplement répondu : « Les gens pensent que les publicités pour le téléchargement d’applications mobiles représentent tous nos revenus ou la majorité de nos revenus mais ce n’est pas le cas. Elles sont simplement une part de nos revenus mobiles. Les publicités pour le téléchargement d’applications, qui sont utilisées par les développeurs mais également par de grandes compagnies qui souhaitent attirer les personnes au téléchargement, sont en train de croître. Elles demeurent une bonne partie de nos revenus avec les publicités sur mobile et nous en sommes très contents. Mais nous voyons nos opportunités sur le mobile d’une façon bien plus large que seulement l’installation d’applications », dit-elle (voir ici).

Facebook-exchange (1)Majorité ? Bonne partie ? Bon, nous n’en saurons pas plus. Ce qui est sûr : le mobile tire vers le haut les revenus du réseau social et c’est ce qu’ils aiment mettre en valeur. Mark Zuckerberg annonce : « Notre dynamique reste particulièrement forte sur le mobile avec parmi les 829 millions de personnes utilisant Facebook tous les jours, 650 millions le faisant sur le mobile chaque jour. » À savoir que le mobile compte désormais pour 62% des revenus publicitaires du réseau. Et leur attente est justement celle liée au potentiel de croissance de Facebook sur le digital et le mobile, si comparé au temps passé aujourd’hui par les Américains à consommer du contenu digital sur les télévisions, téléphones et ordinateurs.

facebook-mobile-logo (1)Pour Peter Kafka cette stratégie de communication est bien la preuve que Facebook a tout d’abord peur de trop miser sur une manne qui peut du jour au lendemain s’estomper, avec aujourd’hui beaucoup de développeurs qui font usage de cet outil qui ne rend plus si facile et pas chère l’acquisition de nouvelles installations. D’autre part, pour l’analyste, Facebook serait en train de concentrer son stratégie sur le développement du branding – la preuve en sont les différentes programmes très premium de publicité vidéo que le réseau a lancés cette année – ce qui réduit la place et l’importance d’outils du type performance pure.

Et vous ? Qu’en pensez-vous ?

Lire ici le billet de Peter Kafka.

LUL