Qui a besoin du retargeting mobile de Criteo?

décembre 5, 2013

criteo-officeQuelques mois à peine après avoir acheté l’entreprise britannique de tracking sur mobile Ad-X, Criteo annonce le lancement mondial  de son offre de ciblage et retargeting mobile, disponible sur tous les appareils « majeurs ». La solution aurait déjà été testée avec les clients de l’entreprise en France générant ces derniers mois des milliards de publicités mobiles dans une vingtaine de pays. « Nous sommes désormais capables de fournir des publicités pertinentes et personnalisées sur tous les appareils mobiles leaders et de les optimiser en temps réel afin de maximiser les ventes », déclare dans un communiqué le PDG de Criteo, Jonathan Wolf.

L’annonce de Criteo ne surprend pas, puisque tout l’écosystème du programmatique est en train de préparer sa transition vers le mobile, une tendance majeure que l’on a pu observer en cette année 2013.

nlc_criteo_27.06.2012-263Reste que certaines questions se posent. Notre analyse :

1 – Quelles est la pertinence d’un outil qui se focalise uniquement sur le mobile, donc en silo, alors que le comportement des consommateur est clairement multi-écran ?

2 – A la peine sur le mobile (comme sur l’emailing et bientôt aussi la vidéo) Criteo a dû se résoudre a faire un gros chèque pour racheter une technologie naissante. D’ailleurs Criteo ne fait que rattraper son retard sur le mobile puisqu’une dizaines d’autres fournisseurs proposent depuis quelques temps du retargeting mobile.

3 – Y-a-t-il une demande de la part des annonceurs ? Oui… dans 3 ans peut-être. Mais bon soyons honnêtes. Déjà que les annonceurs et agences sont perdus dans l’univers de la pub sur mobile.. ajouter du retargeting c’est rajouter pas mal de confusion.

4 – Le retargeting sur le mobile ce n’est pas nouveau : il existe déjà sur Facebook et d’ici quelques semaines Twitter va se lancer, alors pourquoi pas préférer des formats natifs, ce que Criteo ne supporte pas dans la première mouture de son offre.

5 – Alors que le mobile pèse plus de 50% des revenus publicitaires de Facebook, Criteo semble être à la traîne n’ayant pas encore su capter ce marché naissant et prometteur.

 

Attendons de voir les résultats: si le mobile représente plus de 10% des revenus de Criteo en 2014, alors ce sera un pari gagnant.

Bonne chance,

 

L.U.L. & P.B.